BelgoLudique XXI

Pikachu Sait Pourquoi
Mise à jour: 2019-12-26

Belgo XX : Les Vieuxx Savent Pourquoi

Le Belgo 20 ! La 21è édition pour être précis (si l'on compte le Belgo 19.5 en mai 2018), et, vu que nous avons commencé en l'an 2000, la 19è année (2014 vit deux éditions de notre week-end: la XV au printemps, la XVI en automne).

Au début, comme raconté par Frédéric Taton ici, c'était un simple week-end entre amis (enfin, nous étions quand même une cinquantaine) inspiré d'un évènement similaire organisé en France par Bruno Faidutti. Et bien sûr, il ne durait que deux jours (un week-end, quoi!).

Il n'y avait pas encore de site web à l'époque, et pour les invitations, nous envoyions des lettres. Des "vraies" lettres, par la poste et qu'il fallait timbrer, je ne vous dis pas le temps que cela nous prenait. Et comme on recherchait des participants, on faisait de la publicité pour ce week-end; nous démarchions nous-mêmes les joueurs potentiels.

Le Belgo I vit également la rencontre historique entre Cédrick Caumont et Thomas Provoost. Le premier était un Français fraîchement arrivé à Bruxelles depuis sa Normandie natale et cherchait un co-voiturage pour se rendre au week-end. Le deuxième était un Bruxellois et possédait une voiture. Philippe les mit en contact. Nul ne se doutait que la première pierre de Repos Prod fut ainsi posée...

Les deux premières éditions étaient placées sous le sceau de Liège, la plupart des organisateurs venant de la cité ardente et le président était FP (Frédéric Pierard).

A partir de la 2è édition, les choses changent. Les Liégeois se retirent peu à peu de l'organisation, les Bruxellois reprennent le flambeau. Thomas et moi-même rejoignons les organisateurs en 2001, Cédrick en 2002, Frédéric Dieu en 2003.

Après deux gîtes moyennement satisfaisants (Logne en 2000, Hastière en 2001), Stavros nous déniche La Ferme du Chant d'Oiseau, près d'Andennes. Le lieu, plus grand, plus confortable, nous convenait parfaitement. Nous devions quand même assurer le repas (et oui, un joueur cela mange aussi, même brièvement), ce pourquoi nous avons engagé une équipe de trois cuisiniers. Nous étions néanmoins responsables de l'achat des victuailles, ce qui nous a valu quelques voyages épiques au Makro de Vilvorde.

En 2003, à la suggestion de Thomas, le week-end s'étendit sur quatre jours, puis, vu le succès de l'expérience, sur cinq jours en 2004. Il y eut même pendant deux ou trois ans un after sur les deux jours suivants.

Entre-temps, le nombre de personnes qui nous rejoignaient était toujours croissant (plus de 100 pour le Belgo VII), et la participation au week-end a été limitée à nos connaissances. Bien sûr, les amis de nos amis étant nos amis, nous n'avons jamais manqué de candidats. Et cela a assuré un renouvellement de notre public. Les (Grands) Anciens sont toujours présents, mais il est bon de voir apparaître régulièrement de nouveaux visages.

L'imagination débordante de Thomas et Cédrick nous a mené à organiser des soirées spéciales de plus en plus riches et fouillées. La "Grande Époque" de ces soirées a démarré au Belgo IV avec le thème Star Wars (nous avons eu droit à des combats au sable laser), continué avec le Belgo V (thème Western), le Belgo VI (thème "La Famille") avec une scène d'anthologie qui se solda par la mort de Eliot Boulou Ness, le Belgo VII (thème Terres du Milieu) où nous avons pu admirer les beaux plus déguisements, et s'est terminée avec le Belgo VIII (thème les Zombies) qui gagna les prix des plus beaux maquillages.

Ce fut également l'époque de véritables petites pépites réalisées par Phix, les BelgoMovies, que vous trouverez ici et ici. A visionner absolument, je ne vous en dis pas plus. Si vous ne connaissez pas Phix, c'est le joueur tout pâle que l'on ne rencontre que lorsque le soleil est couché ;-)

Nous avons naturellement continué à organiser des soirées à thèmes, mais elles étaient plus légères et moins exigeantes en temps de préparation. La soirée des super-héros (Belgo X) est certainement restée dans la mémoire des participants (les vidéos sont disponibles ici).

Nous avons dû quitter le Chant d'Oiseau en 2007 et, après un court passage à Emines, nous nous sommes installés en 2009 dans un coin isolé des Ardennes (que même les GPS avait du mal à localiser): le pensionnat de Bernardfagne. Cet endroit avait également l'immense avantage (pour nous) d'avoir une équipe de cuisine "maison" - finies les interminables courses au Makro préalablement au week-end. Certaines personnes aimaient tellement les lieux qu'elles ne trouvaient plus la sortie au bout de cinq jours...

En 2014, il devenait de plus en plus difficile pour des raisons professionnelles à Cédrick et Thomas d'organiser le week-end en mars. Il a donc été décidé de le déplacer en automne (fin novembre), ce qui a conduit à l'organisation de deux éditions cette année-là.

En 2015, Bernardfagne n'était plus disponible. Nous avons trouvé un nouvel endroit: le Castel Notre-Dame, dans les Fourons. Le gîte nous offrait un grand nombre de salles de jeux et de chambres, et nous avons tout de suite été conquis.

Puis les organisateurs (Thomas, Cédrick, Philippe) se sont dit, dans leur folie légendaire, qu'un week-end par an, c'était trop peu. Un week-end additionnel a vu ainsi le jour en Mai 2018, le Belgo 19.5. Une version plus légère à organiser, sans thème spécifique; une retraite de quatre jours entre amis, tout simplement. Le beau temps, le soleil et la bonne humeur ont fait de cette expérience une réussite.

Vient enfin l'automne 2018, la XXè édition, l'occasion de se remémorer le passé et de regarder vers l'avenir. La soirée spéciale, organisée exceptionnellement le samedi soir afin que tout le monde puisse y participer, consistait en un quiz sur les photos des 19 éditions précédentes. Ce fut également l'occasion de voir à quoi nous ressemblerions dans 20 ou 30 ans. Le prix du déguisement fut accordé à Philippe lui-même accompagné de Virginie, sa charmante infirmière particulière...

Pour le futur, le gîte est déjà réservé jusque 2020, à raison de deux éditions par an. Qu'on se le dise!

Bernard (2018)